Nous pouvons être nés du même lit sans pour autant épouser les mêmes idées.

Vu le commentaire à "zalandeau", auquel j'ai répondu pour éviter toute équivoque, il pensait que mon frère épousait les même idées que moi. En lisant ma réponse, il constatera qu'il n'en est rien et ma présente réaction lui apportera des précisions.

Mon frangin qui ne me donnait pas beaucoup de nouvelles de l'Afrique du Sud où il réside depuis une cinquantaine d'années, s'est enfin mis au "computeur" (c'est son mot). Est-ce le veuvage qui lui laisse plus de temps, sa femme ayant été plusieurs années clouée au lit ? Le fait est qu'il m'étonne lui qui, comme ma moitié, semblait allergique à l'ordinateur et internet. Nous sommes tous vieux, l'aînée est décédée depuis quelques années déjà et la seconde a passé le cap des 93 ans le mois dernier. J'étais seul au "computeur", exceptés quelques neveux et nièces dont seuls trois ne sont pas encore retraités...

Voulant connaître le climat politique et économique de notre France, je le lui ai décris à ma façon en lui joignant une image de notre Marianne récoltée chez "zalandeau". Sa réponse ne m'a pas saisi de stupeur mais un brin étonné tout de même. Quand je l'ai revu pour la dernière fois en juillet 2017, au coeur de notre Lorraine, nous n'avons pas parlé politique. Nous en étions aux anecdotes familiales. Heureusement d'ailleurs car la politique nous aurait fâchés.

Le contenu du courriel de mon frère ressemble étrangement aux arguments de notre chère "bien-pensance" et de nombreux médias sur la colonisation et l'exploitation des peuples soumis. Je lui prépare une réponse qui ne sera pas piquée des vers. Je peux me le permettre car nos nez sont éloignés l'un de l'autre (sourire).