Des sujets qui commencent à m'intéresser principalement quand j'ouvre les renvois très nombreux, longs à lire mais  à ne pas manquer, comme celui renvoyant à Henri JANNES, polytechnicien et patriote ayant été cité par le Général De GAULLE. Son "watergate français" est sorti le 01/01/1978 sans tambour ni trompette évidemment. Le pillage de nos PTT avait été prévu sur 20 ans. Ce que le Général avait amassé, les suivants allaient le dilapider.

Extrait choisi :

Et gare aux dissidents qui s'exposeront à des sanctions diverses et variées telles que la suspension, l'exclusion, les interdictions et déchéances professionnelles, la révocation et autres mesures dont on peut citer en exemple les cas d'éminents professeurs de médecine, des sommités tels les professeurs JOYEUX, Bernard DEBRE, Philippe EVEN ; ceux des juges PASCAL et MICHEL pour la justice, celui d'Henri JANNES pour l'administration qui a dénoncé dans son livre "Le watergate français", le pillage en règle de l'administration des télécommunications par un réseau mafieux; le cas du docteur Loïc RIBAULT, menacé de mort qui a dû s'exiler pour cause de lèse profits crapuleux du cartel de l'industrie pharmaceutique et qui sera finalement assassiné le 12/06/2007. Au moment où sont écrites ces lignes est survenue la mort plus que suspecte de Claire SEVERAC auteur du livre "Le complot médical contre la santé". Celle d'Anne BOROCH "suicidée" le 01/08/2017, naturopathe auteur de plusieurs livres anti-big pharma, rejoignant Mitchell GAYNOR autre médecin holistique etc...

Dans le cas où un des commis du système se perdrait dans la voie pernicieuse de dénoncer ou de révéler les turpitudes dont il est témoin, il sera alors victime de son intégrité et le système va le neutraliser par tous les moyens comme le furent les juges Pierre MICHEL, Francis RENAUD dit  le shérif, Bernard BORREL, Yanne PIAT; Pierre BEREGOVOY et bien d'autres...  

Concernant Pierre Bérégovoy qui plaçait ses origines et honnêteté en avant, Mitterrand le détestait en partie à cause de cela. J'ai toujours pensé que Mitterrand avait piègé Bérégovoy avec l'aide de son ami Pelat et fait en sorte que la presse fasse état du "cadeau empoisonné" de Pelat à Bérégovoy. L'honnête homme issu du milieu ouvrier n'a pas supporté la gifle même s'il a été "aidé" par le placement d'une arme sous son nez.

Il faudrait citer aussi le "suicide" de François de GROSSOUVRE, chargé des chasses présidentielles, ami de Mitterrand lui aussi qui malheureusement s'était lancé dans les confidences. Ou encore Jean Edern HALLIER qui a osé écrire ce que médias et autres élites n'osaient dire, même si c'était par dépit de ne pas avoir été nommé ministre de la culture par Mitterrand, comme il l'espérait...

A suivre si vous le voulez bien !