"trublion" nous a présenté un livre sur la justice d'un certain Ernest Pardo. De par sa compétence en diagnostic d'entreprise il a été confronté à notre justice et à la cour européenne des droits de l'homme.

Ma moitié insistait pour que j'effectue l'achat de son livre mais il n'est pas vendu par Amazon. Son prix de 22,90 euros auquel il faut ajouter des frais d'expédition m'a incité à choisir la version électronique (9,99e) via Kindle pour PC que j'utilise déjà ne trouvant plus de place pour les livres chez moi. Colère de madame que j'ai apaisée en lui disant que le contenu de cet ouvrage ne va pas dans le sens qu'elle espérait. Madame croyait y voir des détails sur nos juges face aux actions illicites de la racaille des banlieues. Il n'en est rien car il est surtout question de tribunaux administratif et de commerce où la justice se fait complice du démantèlement de certaines entreprises.

C'est donc un livre que je conseille à ceux qui voudraient se lancer dans la création de leur entreprise où à d'anciens entrepreneurs comme l'était un de mes visiteurs, je cite "zalandeau".

Quelques extraits :

La cour européenne des droits de l'homme viole les droits de l'homme, viole la convention européenne des droits de l'homme et viole son propre règlement.

Le but de la justice n'est pas du tout de distinguer le bien du mal ni de dire ce qui est juste de ce qui ne l'est pas (...). La justice pénale sert moins à protéger la société contre le crime et les criminels qu'à lui procurer, au mépris de ses règles et des droits des plus faibles, une jouissance.

La peine de mort n'a pas été abolie en 1981 mais remplacée par la mort économique eu égard aux suicides qu'elle provoque.

Ernest Pardo a sa propre définition : "" La juridistique et la judiciaristique, c'est l'étude des moyens matériels et des méthodes informelles de perversion des textes et des procédures dans la commission d'un crime juridique et judiciaire ""

La séparation des pouvoirs se révèle être un partage, une répartition des tâches et des bénéfices entre copains et coquins qui s'entendent comme larrons en foire. Avant d'être élu, F. Mitterrand avait reconnu que la séparation des pouvoirs, comme la marine à voile, est une notion dépassée... Une fois élu il mettait en application cette mystification.

Une citation qu'a relevé votre serviteur dans le livre explique, un peu par l'absurde, ce qu'est la désinformation :

" Tant que les lapins n'auront pas d'historiens, l'histoire sera comptée par les chasseurs " (Howard ZINN).