JonathanLa critique de "télé Z" est généralement à l'opposé de mes opinions. Malgré cela, je laisse à madame le choix des films à la télévision. Je dois dire que celui d'hier sur "Arte" s'annonçait bien avec les quatre personnages principaux jusqu'à l'arrivée d'un cinquième accueilli par un coup de semonce en l'air de fusil de chasse, brandi par la tante du jeune Jonathan. C'est à ce moment que le vent a tourné car j'ai senti venir la séquence homosexuelle entre le père du jeune et le nouvel arrivant. Quand l'action pédérastique est juste suggestive, passe encore mais quand les caméras s'y attardent de plus dans un lit d'hôpital, cela en est trop.

Je me suis couché l'estomac retourné.