Mal_engag_Quand nous allions camper en montagne et y faire des ballades, ma "flippeuse" de moitié me faisait parfois des reproches en ces termes : "" Tu as vraiment le chic pour choisir tes routes ! "" Je me souviens dans le Vercors avoir croisé un vieux couple dans une R5 dont le conducteur me faisait signe de me pousser. Il n'y avait pas de garde-fou et mes roues droites étaient sur l'herbe à ras du vide alors que l'autre usager avait encore un mètre entre la roche et le flanc droit de sa bagnole. Plus tard, dans une courbe, je croisais un PL avec une semie-remorque de bois. Heureusement je circulais avec la roche à ma droite et le passage était élargi. Il n'empêche que je voyais le "bahut" plier ma 104. Il ne restait que l'épaisseur d'une feuille à cigarette entre son aile avant gauche et le flanc de ma Peugeot et idem côté muraille. C'eut été un choc entre deux gauches (sourire).

J'ai toujours dit être poursuivi par la "scoumoune" mais, dans de telles circonstances, je me disais avoir de la chance car si j'avais croisé le camion là où j'ai croisé la R5 je saluais St-Pierre où j'exécutais la marche arrière qui aurait pu paraître au guinness des records.  

J'ai connu d'autres facteurs chance en voiture et peut-être devrai-je en remercier St-Christophe dont l'effigie n'a jamais quitté mes différents véhicules, ma femme la touchant à chaque départ (sourire).